Consulter avec une ordonnance

Les physiothérapeutes agissent, dans le cadre de physiothérapie, sur délégation du médecin. Celui-ci doit fournir au patient une prescription de physiothérapie (également appelée ordonnance), dans laquelle il décrit brièvement le problème (diagnostic) et ce qu'il attend du physiothérapeute.

La prescription de physiothérapie est l'élément central qui lie le médecin prescripteur, le physiothérapeute et le patient. Il est indispensable que le physiothérapeute reçoive cette prescription, afin d'agir dans le cadre légal de ses fonctions.

Choix des moyens de traitement

Par convention, le médecin prescripteur indique les objectifs à travailler lors des scéances de physiothérapie. Le choix des techniques et des modalités appartient au physiothérapeute. C'est grâce à l'anamnèse (questions posées) et à l'évaluation initiale, que le physiothérapeute pourra proposer au patient une stratégie de traitement.

Dans bien des cas, il faudra associer plusieurs techniques différentes (qu'elles relèvent de la thérapie manuelle, du travail actif ou passif, d'apprentissage thérapeutique, d'exercices à faire à domicile ou au travers d'appareils plus ou moins sophistiqués) - c'est là tout le métier du physiothérapeute de savoir choisir la meilleure stratégie pour obtenir le meilleur résultat. Et cela adapté à chacun et à chacune.

Nombre de séances

Appartenant à l'assurance de base, la physiothérapie est toujours remboursée par les caisses-maladie. L'OPAS (ordonnance sur les prestations de l'assurances des soins) ne donne pas de limite précise au nombre de séances de physiothérapie pouvant être effectuée sur une année.

C'est le médecin, celui qui examine et connaît le patient, qui est libre de déterminer le nombre de séances de physiothérapie qui sont à effectuer pour atteindre les objectifs fixés. Habituellement, le nombre de séances prescrit est de 9. Puis l'ordonnance peut être renouvelée par le médecin.

La convention tarifaire prévoit qu'au-delà de 36 séances (traitement de longue durée), l'assureur peut, en accord avec le médecin prescripteur et le physiothérapeute, fixer les contrôles médicaux, la durée et la nature du traitement, ainsi que le nombre de séances.

Le médecin et le physiothérapeute traitants, en collaboration avec leur patient, jugent de la nécessité de poursuivre ou d'interrompre le traitement en cours.

Quant au médecin-conseil de l'assurance maladie, son rôle consite à vérifier le bien-fondé du traitement appliqué. Le cas échéant, il peut suggérer des réserves, voire requérir des contrôles, particulièrement lors des traitements de longue durée, soit au-delà de 36 séances.

Validité de l'ordonnance

Une prescription de physiothérapie est valable pour un maximum de 9 séances. Le premier traitement doit débuter dans les 5 semaines qui suivent la date de la prescription rédigée par le médecin. (Art 5. alinéa 2 de l'OPAS)

Si le délai de 5 semaines est dépassé, le traitement ne devrait pas être débuté, car l'assureur maladie n'est pas tenu de rembourser la thérapie. Le médecin devra alors réévaluer la pertinence de faire de la physiothérapie et rédiger une nouvelle prescription.

Nous encourageons les patients à prendre rendez-vous rapidement contact pour fixer les premiers rendez-vous, afin d'éviter ces désagréments.

Choix du lieu de traitement

Une prescription de physiothérapie est valable de manière intercantonale. Le patient a la possibilité de se rendre chez le ou la physiothérapeute de son choix, qui doit être au bénéfice d'un diplôme de physiothérapeute obtenu en suisse, ou reconnu par la Croix-Rouge.

Copyright © Physioswiss 2021